Vous êtes ici : Les dossiers de Simulable > Conseils pratiques sur le rachat de crédit > Rachat de crédit sans hypothèque : fonctionnement et simulation !

Rachat de crédit sans hypothèque : fonctionnement et simulation !

L’hypothèque n’est pas systématique dans le cadre du rachat de crédit. Dans certains cas, la prise de garantie peut être évitée.

Le rachat de crédit est une opération financière permettant de regrouper plusieurs prêts en un seul. Cette solution ouverte aux personnes physiques, salariées ou retraitées, n’est pas toujours soumise à une garantie immobilière. En effet, il est possible de mettre en place un rachat de crédit sans hypothèque, sous certaines conditions.

Simulation de rachat de crédit !
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Pourquoi faire un rachat de crédit sans hypothèque ?

L’hypothèque représente une véritable garantie pour la banque puisqu’elle lui permet, en cas d’insolvabilité de l’emprunteur, de saisir le bien engagé puis de le mettre en vente afin de récupérer les fonds prêtés. Si cette garantie est parfois une précaution indispensable pour l’établissement de crédit, pour les particuliers, elle peut s’avérer risquée. L’autre raison de ne pas opter pour un rachat de crédit avec garantie hypothécaire concerne le coût de cette opération. Les frais s’élèvent à environ 2 % du montant emprunté. D’autres frais s’ajoutent en cas de levée de l’hypothèque, par exemple lorsqu’un bien est revendu avant d’être intégralement remboursé. De nombreux emprunteurs se tournent ainsi vers le rachat de crédit sans hypothèque.

Généralement, les banques recourent à l’hypothèque pour les crédits immobiliers d’un certain montant. Pour rappel, les règles applicables au crédit immobilier s’appliquent si la part de l’immobilier est supérieure ou égale à 60 % de la dette.

Fonctionnement du rachat de crédit sans hypothèque

Avant de recourir à cette solution, il est important de bien choisir l’organisme de rachat de crédit. Pour cela, vous pouvez faire une simulation en ligne. Après avoir indiqué plusieurs informations sur votre situation financière et les caractéristiques du contrat souhaité, l’utilisation d’un comparateur en ligne gratuit et sans engagement vous donne accès aux meilleures offres du marché. Il ne vous reste plus qu’à contacter les établissements qui vous intéressent.

Dans le cas d’un rachat de crédit sans hypothèque, la banque réclamera des garanties. Celles-ci peuvent prendre plusieurs formes :

La cession sur salaire

En recourant à cette garantie, vous autorisez le prêteur à prélever directement sur votre salaire tout ou partie de la mensualité de remboursement. L’employeur ne connaît toutefois pas l’objet du crédit ni son montant. Cette solution permet d’être assuré d’honorer ses échéances chaque mois.

Le cautionnement

Le recours à un organisme de cautionnement permet d’éviter l’hypothèque. La mise en place de cette garantie implique le paiement d’une commission comprise entre 2 et 3 % du capital emprunté. Cette garantie est reversée à l’emprunteur à la fin du contrat de rachat de crédit.

La caution solidaire peut aussi être envisagée. Dans ce cas et si l’emprunteur ne paye pas ses mensualités, la banque se retournera contre le proche qui s’est porté caution, à condition qu’il soit solvable.

Le nantissement

Le nantissement donne la possibilité de garantir la dette au créancier en cédant en garantie un bien, un fonds, ou une valeur dont vous êtes propriétaire. S’il n’est pas payé, le créancier pourra obtenir la vente du bien ou en acquérir la propriété.

Pourquoi faire appel à un courtier ?

Vous souhaitez faire un rachat de crédit sans hypothèque ? Vous avez tout intérêt à contacter un courtier qui se chargera de trouver la meilleure offre à votre place et d’accomplir l’ensemble des formalités nécessaires à la souscription.

En plus de vous faire gagner du temps, cet intermédiaire peut vous apporter des conseils personnalisés et répondre à vos questions sur cette opération complexe.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers